Escroquerie immobilière : Un marchand de biens véreux arnaque une cinquantaine d’investisseurs depuis 12 ans !

Share Button

Un marchand de biens véreux a réussi à escroquer une cinquantaine d’investisseurs en leur vendant des appartements inexistants ou en ruines. Malgré douze années de procédure, les victimes n’ont toujours pas pu récupérer leur argent.

Dans les villes de Vichy, Luçon, Rozay-en-Brie et Athis-Mons, ces particuliers ont acquis des biens immobiliers sur le papier. Cependant, la réalité est bien plus cruelle. En 2011, Chrystel et son mari ont dépensé 291 000 euros pour acheter un appartement à Luçon, en Vendée. La belle-sœur de Chrystel, Célia, et son mari ont également investi 562 000 euros dans un autre appartement du même immeuble. Les deux appartements ont été vendus par le même marchand de biens qui était censé s’occuper de les mettre en location. Au début, tout semblait bien se passer car les loyers étaient payés, mais les versements ont rapidement cessé.

Célia a contacté une agence immobilière près de son appartement pour obtenir des informations et a découvert qu’elle avait acheté une parcelle vide. En d’autres termes, elle possède un appartement qui n’existe pas. De plus, Célia a également acheté un autre appartement à Rozay-en-Brie, qui était dans un état si déplorable qu’il représentait un danger. L’immeuble menaçait de s’effondrer sur les bâtiments voisins. Il s’est avéré que l’ancien hôtel-restaurant avait été divisé par le marchand de biens sans demande de permis de construire.

Au total, plus de cinquante victimes ont fait confiance à ce marchand véreux. Parmi les personnes escroquées, les parents de Célia ont également perdu leur retraite. Le vendeur indélicat est poursuivi pour escroquerie, faux en écriture privée, abus de biens sociaux et banqueroute par détournement d’actifs. Il a été placé en détention provisoire pendant quatre mois. Les victimes demandent l’annulation des ventes, mais la justice civile attend l’issue du procès pénal pour rendre son verdict. L’affaire est en cours depuis douze ans, et le parquet de Créteil affirme que l’enquête est toujours en cours.

 488 total views,  2 views today

Share Button
(Visited 122 times, 1 visits today)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *